CRANCE Marie-Cécile (2013) - Construction d’une œuvre collective et apprentissage en éducation physique

La première partie présente les enjeux professionnels et scientifiques de ce travail. Le Chapitre 1 met en perspective la question du Faire (construire) quelque chose ensemble avec les problématiques éducatives et professionnelles liées à la recherche d’une certaine authenticité des pratiques scolaires. Le Chapitre 2 présente une revue de littérature des recherches s’intéressant aux dimensions collectives et participatives de l’activité des élèves en éducation physique. Il aborde plus précisément les études empiriques conduites en référence au paradigme de l’apprentissage situé (Lave, 1988 ; Lave & Wenger, 1991), et au programme de recherche scientifique et technologique du Cours d’action (Theureau, 2006), ces deux sources constituant les fondements théoriques de cette thèse. Cette partie se conclut par la présentation de nos enjeux de recherche.

La seconde partie présente notre terrain d’étude ainsi que notre cadre théorique. Le Chapitre 3 décrit les caractéristiques de l’atelier artistique de danse du collège Le Sapin Vert en tant que terrain d’étude privilégié de nos problématiques de recherche. Le Chapitre 4 présente notre positionnement théorique au sein du programme de recherche du Cours d’action (Theureau, 2006), moyennant la réinterprétation dans ce cadre de notions issues de la théorie des communautés de pratique (Wenger, 2005), exploitées comme ressources descriptives pour analyser l’activité collective d’une classe, engagée dans un projet à long terme. Il détaille la construction théorique d’une réduction opératoire de « l’articulation collective de cours de vie relatifs à une pratique » aux trois descripteurs d’une pratique selon Wenger (2005) : « entreprise commune – engagement mutuel – répertoire partagé ».

La troisième partie détaille les conditions méthodologiques de l’enquête empirique. Le Chapitre 5 expose la mise en œuvre de notre étude de terrain au sein de la classe de 5ème D ainsi que la construction de données pour l’analyse de l’histoire collective de construction du spectacle. Le Chapitre 6 présente notre méthodologie de traitement des données en vue de modéliser les dynamiques de transformation de l’histoire collective de la pratique de danse de la 5ème D, et de construction du spectacle.

La quatrième partie est consacrée aux résultats. Le Chapitre 7 rend compte de la dynamique de l’histoire collective de la pratique de danse de la 5ème D grâce à la description de la succession des 14 synchrones d’activité collective identifiés. Le Chapitre 8 présente la dynamique de construction de l’œuvre chorégraphique Jardinage en termes d’effets de cette activité collective tout au long de ce processus.

La cinquième partie porte sur la discussion de ces résultats et sur les perspectives ouvertes par cette thèse. Le Chapitre 9 rend compte de nos apports scientifiques relatifs à la connaissance de l’activité collective des élèves engagés dans un projet à long terme. Il souligne les apports et les limites de ce travail du point de vue du développement du programme de recherche du Cours d’action. Le Chapitre 10 conclut cette thèse à travers certains prolongements envisagés en termes de recherches empiriques. Il présente également des visées de conception qui pourraient être développées sur la base de ces résultats, ainsi que des articulations concrètes avec le domaine de l’intervention en éducation physique, pouvant faire l’objet de développements en termes de conception de dispositifs d’apprentissage.

Version PDF de la thèse disponible ici.

Vous êtes ici : Home Pôle recherche (2) Thèses soutenues CRANCE Marie-Cécile (2013) - Construction d’une œuvre collective et apprentissage en éducation physique